Dimitri, ou la science des ombres (3)

Malgré le bruit dont il s’entourait, muraille puissante sans doute, mais précaire, il ne pouvait empêcher indéfiniment l’écrivain, qui dépérissait lentement, nu, au fond de sa prison, de concentrer, dans un effort ultime, ses dernières forces, pour frapper, de plus en plus désespérément, et, aussi, de plus en plus violemment, à la porte sévèrement fermée sur le secret de son être.

Dimitri, ou la science des ombres (2)

Dimitri Levine aurait voulu naître à cette époque glorieuse, fiction de l’histoire, où le théâtre pouvait soulever des révolutions. Il avait, empreinte sur la complexité de son être, l’image fantôme de ce que devait être un artiste et, longtemps, il avait cherché le moyen de se superposer à elle. Sa jeunesse avait été pleine d’une ambitieuse adoration pour ces écrivains qui avaient tracé une figure nouvelle sur la société des hommes.