Expériences virtuelles

Articles récents

Νεκυία #10

Mes visages étaient absents, et je dialoguais avec leurs solitudes. À travers elles, c’est le monde qui m’apparaissait, puzzle aux fragments épars que je tentais maladroitement de résoudre, en mettant côte à côte mes photographies. J’essayais de composer des poèmes de visages.

Le mythe de Callisto #2. Le corps exposé

Ce qui frappe d’abord, c’est combien ce qu’elle vient de vivre a altéré son cultum, autrement dit tout ce qui manifeste à l’extérieur son être profond. Ainsi se signale la puissance d’aliénation du viol.

Winter is coming

L’histoire commence au-delà du Mur. Et cet au-delà est le territoire de l’imaginaire ou, en termes freudiens, de l’inconscient. De là viennent les créatures merveilleuses et les monstres de la nature. Le Mur, lui-même prodige architectural, semble protéger le monde rationnel de toute résurgence de la magie, vécue comme une menace.

The King’s Road: déracinements, séparations, prémonitions

Depuis la fin de la Rébellion, le monde de Westeros vit dans une apparente stabilité. Le déséquilibre, bientôt fatal, gît en embuscade au cœur du pouvoir. Robert Baratheon a atterri sur le Trône de Fer, et épousé Cersei Lannister. Ils ne s’aiment pas et, surtout, leurs trajectoires comme leurs désirs sont inconciliables. Robert aimait l’excitation de la guerre et avait soif de vengeance, mais le pouvoir l’ennuie. Cersei est possédée d’une ambition que son sexe lui interdit de réaliser.

La chute d’un homme. Mad men #1

Le générique de Mad men dit déjà tout et pourtant invite à découvrir, épisode après épisode, l’éternelle chute de l’homme. Le spectateur entre dans la tête de celui, l’homme de Madison avenue, qui prétend entrer dans la sienne et créer ses désirs. C’est un premier vertige.

Chorégraphie cosmique et tragique : Lars von Trier, Melancholia

La mort d’Isolde est célèbre pour achever, en un véritable orgasme musical, l’accord parfait auquel aspire tout l’opéra. Cette course folle d’un érotisme absolu, qui pourra seulement s’accomplir post mortem, commence dès le prélude. C’est l’accompagnement, plutôt la trame dont il tisse ses images, que Lars von Trier a choisi pour Melancholia.

Life is Strange – Nostalgies

Le joueur s’est incarné en ces différents mondes virtuels. Chacun, comme un espace des phases, ouvre ses possibles à l’expérience. Si celle-ci est toujours prédéterminée par un scénario, à la fin, le monde virtuel, par sa nature même, permet une exploration intrinsèquement singulière, individuelle. Une fois incarné en lui, le joueur doit l’habiter.

Abîme

Sous leurs yeux, une incroyable déflagration silencieuse. Une implosion muette. Ils avaient imaginé une nuit soudaine, et ils avaient cru un instant que tout s’immobilisait dans l’univers. Ils étaient interdits, comme jamais homme avant eux, sans doute, n’avait été interdit. Ils étaient les premiers et les derniers à faire cette expérience.

Déchiffrer la littérature, déchiffrer le monde

La littérature est une énigme. Elle l’est par son inhérente ambiguïté, et parce que chaque texte est une question au monde, sur le monde. Elle n’est ni vraiment un reflet du réel, ni vraiment sa recréation par la force de l’imaginaire, elle est l’énigme du réel mise à nu et offerte à sa résolution. Bien sûr, celle-ci n’est jamais atteinte ; on ne résout pas le réel, pas plus qu’on ne lui échappe, même en inventant des histoires.

Cixin Liu et le paradoxe de Fermi

Dans sa trilogie Le Problème à Trois Corps, l’auteur de science-fiction chinois Cixin Liu propose une nouvelle réponse au paradoxe de Fermi. Au début des années 50, le physicien Enrico Fermi énonçait le paradoxe qui a pris son nom: alors que notre galaxie contient très probablement – et cela a été confirmé depuis par les observations astronomiques – de nombreuses exoplanètes semblables à la Terre, alors que, en toute logique, la plupart de ces exoplanètes ont comme la nôtre probablement vu la vie s’épanouir jusqu’à l’apparition d’une civilisation technologique, comment se fait-il que les extraterrestres ne nous ont pas encore rendu visite?